alice pour le moment

Sylvain Levey

MISE-EN-SCèNE ANNE COUREL/ Création 2010

ARCHIVES / SAISON 2012.2013 >
21.12.12 - Foyer Communal Laurent Bouvier / Salaize sur Sanne (38) - représentation organisée par Travail et Culture.
12.01.13 - Abattoirs dans le cadre de la programmation du théâtre Jean Vilar à Bourgoin-Jallieu (38) 18.04.13 au 20.04.13 -Théâtre de Villefranche (69)

ARCHIVES /SAISON 2011.2012  
02.11.11 et 03.11.11 - Le Firmament / Firminy (42)  
09.11.11 - L'Espalande du lac / Divonne (01)
17.11.11 - Auditorium / Seynod (73)
22.11.11 - Théâtre / Roanne (42)
13.12.11 - Théâtre Gaston Bernard / Chatillon sur Seine (21)
06.01.12 et 07.01.12 - Ferme de Bel Ebat / Guyancourt (78)  
20.03.12 au 22.03.12 - Théâtre / Boug-en-Bresse (01) 


 

 

 

Distribution

Claire Cathy / Charlotte Ligneau / Gilles Najean / Sébastien Valignat / Jeanne Vimal

Création son

Patrick Najean

Assistante de tournée

Marijke Bedleem

Directeur technique

Jean-Piere Naudet

Scénographie

Caroline Oriot / Anne Courel / Jean-Pierre Naudet

Costumes

Cara Marsol

Lumières

Hubert Arnaud

Vidéo

Pierre Grange


Visuel

Jérôme Granjon - Pupik

Photographies

Christian Ganet






















Texte publié aux Editions Théâtrales Jeunesse

ALICE - Après avoir été livreur de matelas, boxeur, déménageur, palfrenier, figurant dans des films, homme-sandwitch et père noël dans les rues d'une grande ville, artisan menuisier, artisan boulanger, artisan charcutier, affûteur de couteaux, rempailleur de chaises, magnétiseur charlatan, plombier-zingueur, équarisseur, croque-mort, vendeur de téléphones, vendeur de chaussons orthopédiques, pompiste, éleveur de moutons, maraîcher, bûcheron, testeur de médicaments, cobaye humain pour des expériences scientifiques, coursier, concierge, caissier, chauffeur de taxi, réparateur de cycles.
 Mon père allait ramasser des noisettes dans le Lot-et-Garonne. 
Comme à chaque fois, nous étions partis en douce, dans la nuit, comme des voleurs, laissant les clefs dans la boîte aux lettres dela maisonnette, oubliant au passage de payer le loyer du dernier mois écoulé.
 "N'habite plus à l'adresse indiquée", telle serait notre épitaphe sur notre caveau de famille.
 Comme à chaque fois, nous avions abandonné quelques éléments de notre décor.

Alic2341.jpg
Alic2043.jpg

L’HISTOIRE

La première fois que nous rencontrons Alice, elle entre au collège.
 Elle rase les murs, pas très à l'aise dans ses baskets, tellement "différente". 
Pour tout arranger, sa mère fait irruption, l'interpelle à haute voix, avec son accent étranger et ses manières " pas comme tout le monde".
 Alice subit railleries et moqueries de plein fouet.

Une fille, Florence, aura à peine le temps d'entrer dans sa vie pour la défendre à coups de poings... il lui faudra quitter la ville : son père a trouvé du travail. 
Ils quittent leur bicoque, chargent la vieille Mercedes et vont plus loin...

Plus tard, Gabin, son premier amour, aura lui aussi à peine le temps d'entrer dans son histoire... il lui faudra quitter le village : la Mercedes a explosé! 
Qu'à cela ne tienne, tout ce qui reste entrera bien dans une 4L.
Tout au long de la pièce, Alice va grandir sous nos yeux, au fil de ces départs, toujours plus loin... Jusqu'à la dernière goutte. Entre temps, elle aura appris à laisser derrière elle tous les objets " inutiles" jusqu'à ce qu'il ne reste que deux sacs de noisettes et tellement de souvenirs. 
Heureusement que la terre est ronde...


PRÉSENTATION

Cette pièce est tout sauf "tendance". 
Sylvain Levey y prend les modes à revers avec une désinvolture qui m'enchante. Nulle dénonciation tapageuse, pas d'effet de manche, pas de brûlot éminemment polémique... une seule simple et belle question, tranquillement posée : comment être soi-même et cultiver l'art de vivre ensemble?!

Quel programme...
 Profondément ancré dans la vie, ce texte force le respect par sa simplicité. Il dit beaucoup de choses de et sur la vie sans jamais s'apesantir. Pourtant, il est plus âpre qu'il y parait. Il est traversé par la violence de l'exil et la misère qui va avec. Alice est différente. On découvre à la fin qu'elle est née en 73 au Chili. Avec ses parents, réfugiés politiques, elle mène une existence matériellement difficile. Malgré "la galère", tranquillement mais sûrement, le trio qu'elle forme avec son père et sa mère, accepte de laisser beaucoup d'objets sur la route, abandonne le superflu au gré des injonctions de la réalité, assume la perte d'un boulot, encaisse l'explosion de la vielle Mercedes pour ne garder que le sourire, un vieux chien garni de puces, une poule et quelques canards.

Dans ce contexte, Alice grandit comme les autres, parce que c'est la vie, construit de l'avenir sans nostalgie, parce que ses parents savent donner de l'amour à eux-mêmes et aux autres. Et en plus ils ont de l'humour!  




Ce spectacle bénéficie du soutien de l'ADAMI, du Département de l'Isère et de la Région Rhône-Alpes dans le cadre de l'APSV : Réseau des villes. Créé avec l'aide du TNG-CDN de Lyon, de l'ABC à Dijon et de la Maison des Arts Thonon-Evian.

Alic2119.jpg